Les mannequins femme lingerie pour Aubade, histoire d’une légende

La mode est éphémère, les marques se font aussi vite qu’elles se défont et rares sont celles qui marquent l’Histoire de la mode à jamais. Une marque est à son apogée une année puis ringardisée l’année suivante. Difficile donc de se faire une place au soleil, pourtant, certaines enseignes traversent le temps sans jamais perdre de leur valeur aux yeux du grand public. C’est le cas d’Aubade, une marque de lingerie française qui grâce à ses mannequins femme lingerie à une communication habile et au savoir-faire de ses ouvrières françaises a su rentrer dans la légende des marques indémodables.

Aubade : Histoire de la marque

La marque est créée en 1875 par le Docteur Bernard qui commercialise des gaines orthopédiques et des corsets. On est donc bien loin de la marque de lingerie fine qu’on connaît aujourd’hui. C’est en 1958 que Bernard et Cie devient enfin Aubade, la marque étant rachetée par la famille Pasquier. D’années en années la marque s’affirme et s’impose grâce à une qualité supérieure et grâce à de véritables innovations (en témoignent le soutien-gorge sans bretelles et le soutien-gorge avec agrafe sur le devant). La marque s’appuie en effet sur le savoir-faire et sur le travail remarquable de ses ouvrières françaises, grâce auxquelles elle peut commercialiser des produits à la fois uniques et haut-de-gamme.

L’enseigne joint l’utile à l’agréable en développant au fil des ans de la lingerie confortable mais aussi de plus en plus sexy. C’est dans les années 1990 véritablement que les ventes explosent et que le marque devient ultra populaire dans l’hexagone. En 2005 l’enseigne est cédée à Calida, une entreprise suisse qui devient alors propriétaire d’Aubade. L’année suivante, en 2006, la marque ouvre ses premières boutiques et commercialise des produits dérivés comme des agendas, du parfum ou encore une « boîte à désir ». En 2007, l’entreprise devenue suisse décide de fermer le site de la Trimouille supprimant par là même plus de 130 emplois. Le PDG de Calida, Félix Sulzberger, et Aubade, décident ensuite de délocaliser la production à Ksar Hellal en Tunisie.

Les « leçons de séduction » d’Aubade et ses mannequin femme

laetitia milot

Laetitia Milot

Si Aubade est aujourd’hui la marque de légende qu’on connaît, c’est parce qu’en plus de proposer des produits innovants et de qualité remarquable, elle a lancé de formidables campagnes de communication. Qui ne connaît pas en effet les fameuses affiches Aubade mettant en scène de somptueuses mannequins lingerie qui distillent leurs conseils de séduction. Cette campagne a été un excellent coup de projecteur pour la marque qui a vu son chiffre d’affaire se multiplier l’année suivant la publicité. Ces publicités ont donc été renouvelées et ont été baptisées les « Leçons de séduction ». Elles existent depuis maintenant plus de 20 ans puisque la première campagne ou « Leçon numéro 1 » a été lancée en 1992.

Les photographies en noir et blanc, comme leurs messages, sont depuis devenues légendaires. Sur les affiches on aperçoit une partie du corps d’un mannequin en lingerie avec des messages comme « Leçon numéro 12 : s’il s’évanouit, composer le 15 » ou encore « Leçon numéro 53 : l’entraîner dans sa chute ». Ces campagnes ont également permis de mettre en lumière un métier quelque peu méconnu, celui de mannequin lingerie. Les spéculations aussi vont bon train quant aux jeunes filles qui posent pour les publicités, leur visage n’étant pas visible sur les affiches. On commence pourtant à découvrir le nom de certaines mannequins qui ont posé pour ces campagnes publicitaires. Il y a par exemple l’actrice Vanessa Demouy qui a avoué avoir posé pour la marque mais aussi Laetitia Milot, actrice dans Plus Belle la vie et récemment aperçue dans Danse avec les stars qui a confié être le postérieur de la leçon numéro 62. Aubade nous donne en tout cas une des meilleures leçons de communication de ces dernières années.